Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AÏKIDO YOROKOBI

DU JODO A L'AÏKI-JO

7 Octobre 2016 , Rédigé par Mathieu Publié dans #Budo

DU JODO A L'AÏKI-JO

Histoire:

Le jōdō (杖道, , litt. « voie du bâton ») est un art martial japonais utilisant le jō, un bâton droit de 1 mètre 28 de long et de 2,5 cm de diamètre. Il est issu du jō-jutsu, inventé par Musō Gonnosuke il y a 400 ans.

La fondation du jōdō, sous la forme du Shindo Muso Ryu (école Shindo Muso, d'après le nom de son fondateur), est attribuée à Musō Gonnosuke en 1605.

La légende veut que Muso Gonnosuke Katsukichi se soit rendu à Edo, actuelle Tōkyō, nouvellement érigée en capitale par le shogunat Tokugawa. Il s'y mesura aux nombreuses lames célèbres de la cité et ne fut jamais vaincu. Un jour cependant, il affronta Miyamoto Musashi qui le tint en échec grâce à une technique de parade caractéristique employant les deux sabres en croix ( Nito seiho). Après cette défaite Gonnosuke sillonna le pays pour y étudier de nombreux styles dans le but de prendre sa revanche sur Musashi.

Il se retira pendant 37 jours dans le sanctuaire de Kanado. Une nuit, un messager divin lui apparut en songe sous la forme d'un enfant qui lui dit : « Trouve le plexus solaire avec un bâton rond. » S'inspirant de ce message céleste, Gonnosuke confectionna une nouvelle arme, c'était un simple bâton mesurant environ 30 cm de plus qu'un sabre moyen. Le jō était né.

AÏKI-JO:

L'Aïki-Jo fut développé par Ô Sensei Morihei UESHIBA dans son dojo d'Iwama en même temps que l'Aïkiken (sabre). L’Aiki-Jo est différent du Jodo (escrime au Jo) qui en fait essentiellement basé sur des techniques de défense contre un sabre. L’Aiki-Jo a été développé à partir de l’art de la lance Hozoïn que le fondateur avait étudié avec Sokaku TAKEDA. De plus Ô Sensei Morihei UESHIBA était un expert militaire en Jukenjutsu (baïonette).

La pratique du Jô est un complément à la discipline principale de l’Aïkido. Différentes variantes sont proposées avec 2 partenaires, l'un armé d'un Jô et l'autre:

armé d’un Jô, (Kumi Jo).

armé d’un bokken (sabre en bois).

à mains nues (Jo Dori). Apprentissage de saisir–dessaisir.

Etudier l’Aïki-Jo n’est donc pas simplement étudier le maniement du bâton mais le maniement d’un ensemble d’armes que le fondateur avait étudié et adapté aux principes de l’Aïkido.

L'essentiel du programme d'apprentissage de l’Aïki-Jo fut structuré par Morihiro SAITO, un des élèves les plus dévoués d'Ô Sensei Morihei UESHIBA et qui hérita de la charge d'enseignement au dojo d'Iwama. L’Aiki-Jo lui à été transmis de manière traditionnelle dans une pratique à deux de maître à disciple. Ce type d’enseignement n’étant pas adapté à un groupe d’élèves il décida de le modifier et en fit un système complet d'exercices permettant à l'Aïki-Jo une diffusion équivalente à l'Aïkido et de le faire reconnaître comme partie intégrante de celui-ci.

Il décomposa ainsi 20 mouvements de Suburis (mouvements de coupe ou frappe de base) établis directement par Ô Sensei Morihei UESHIBA. Il codifia également 10 Kumi-Jo (kata représentant des situations d'affrontement). Il a tout d’abord combiné les mouvements que lui avait enseigné le fondateur en 7 Kumi-Jo, puis en 1983 à l’occasion d’une démonstration au Budokan il a mis au point 3 Kumi-Jo supplémentaires.

DU JODO A L'AÏKI-JO

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article